21 avril 2007

21 heures avant le nouveau visage de la France

Je me sens comme soudainement proche de Chirac. Il est sur le point de quitter sa maison, doublement. Pas évident. Déménager de l'Elysée. Et dire adieu à son propriétaire avec qui il ne s'entendait pas si mal que cela. Se séparer de la France et des Français. 

Et puis Chirac a la trouille. Il n'a pas tenu ses promesses, la fracture sociale est toujours d'actualité. L'immunité présidentielle touche à sa fin. Mais ce qu'il redoute le plus, ce n'est pas tant son avenir, ou la possibilité, de plus en plus improbable de voir son ennemi lepéniste franchir comme en 2002 le cap du deuxième tour.

Ce que Jacques Chirac craint, c'est de laisser les clés à un personnage ambivalent, possédé par le désir du pouvoir, un Napoléon à fort potentiel dictatorial, son dauphin légitime, Nicolas Sarkozy. "Diviseur à l'ego surdimensionné" tel que l'a analysé en substance l'actuel ministre de l'Enseignement supérieur, François Goulard. 

Jacques Chirac se réveillera demain avec la gueule de bois. Pour que ça passe plus vite. Il priera au petit-déjeuner pour que le parti qu'il a créé soit laminé. Pour que ce ne soit pas la France de Sarko qui gagne. Parce que si Chirac est un voleur, un menteur, c'est aussi un démocrate qui croit en l'indépendance des pouvoirs, en la laïcité. Et un requin qui sait flairer ses congénères les plus dangereux.

Sarkozy raille ses adversaires. Sarkozy insulte ses conseillers, "des connards", injurie des figures de l'Ump qui ont eu la prétention de vouloir concourir à la candidature de la candidature, MAM, "la salope". Et puis Sarko attaque des Français, ces "racailles".

Sarkozy ne veut qu'une chose, se venger, devenir grand, se voir applaudir par 120 millions de mains en délire. Sarko est un rocker, un sportif de haut niveau, un acteur qui marche à l'adrénaline. Si la France garde jusqu'au 6 mai ses esprits, on pourra proposer à Nicolas Sarkozy une reconversion qui lui irait au poil: une adaptation ciné de la bio de Napoléon Ier. 

Posté par nezri à 23:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur 21 heures avant le nouveau visage de la France

    oui, autant Napoléon avait attaqué militairement tant de pays, autant Sarkozy rêve de faire pareil ; bref, oui à n'importe qui comme président sauf Le Pen, De Villiers et Sarkozy

    Posté par Jef (20six), 21 avril 2007 à 23:09 | | Répondre
  • AU lendemain du premier tour on peut se dire que Sarko se voit déjà président.
    Tout ce qu'il y a à espérer maintenant: c'est qu'il y ait assez de personnes dans sa garde rapprochée qui sachent le canaliser

    Posté par johanna, 23 avril 2007 à 10:11 | | Répondre
Nouveau commentaire